*

Logo Télé-Québec

Format familial

Diffusion : Mardi, mercredi, jeudi 14 h

Rediffusion : Lundi vers 0 h 30

Durée: 30

Du 3 avril au 2 juin

Posez votre question à nos experts

Nos experts (Julie, Stéphanie, Florence et Alexis) sont là pour vous aider.
Vous avez des questions pour elles ? N’hésitez pas, posez les ! L’équipe de Format Familial sélectionnera une question par semaine et nos expertes partageront leurs trucs et conseils sur le site.




Une question par semaine sera sélectionnée par nos experts parmi toutes les questions envoyées.

Votre question

Notre réponse

17 octobre 2014

Mon fils de 6 ans semble éperdument amoureux d’une petite fille dans sa classe. Certains jours même il pleure parce qu’il est jaloux. Est-ce vraiment un sentiment amoureux ?
Est-ce possible ? Comment gérer la chose ?

Maryse Tremblay

17 octobre 2014

Dès l’âge d’environ 4 ans, les enfants dépassent le stade d’Œdipe et sont en mesure de s’attacher à quelqu’un d’autre que leurs parents. Les sentiments que votre fils éprouve se rapprochent tout à fait du sentiment amoureux adulte – c’est pourquoi il est important d’en tenir compte! Dans son petit cœur, cette fillette occupe une place très grande : il a envie d’être avec elle tout le temps, lui manifeste sans doute de délicates attentions… Il est possible qu’une jalousie se manifeste car, comme il ne peut pas nécessairement mettre des mots sur ce qui lui arrive, il a peur de la perdre. Votre rôle consistera à l’écouter, à le prendre au sérieux, à le rassurer mais surtout à voir à ce qu’il ne s’enferme pas dans ces sentiments. Proposez-lui divers moyens pour se changer les idées et tentez de lui expliquer que ses autres amis ont aussi envie d’être avec lui et que ça serait génial qu’il leur fasse une belle place dans sa vie!

Julie Pelletier, sexologue

7 octobre 2014

Comment ne pas être une maman surprotectrice lorsque notre enfant est allergique (anaphylactique) lors de party d'enfants, rencontres familiales, restos,...?

Valérie

7 octobre 2014

Bonjour Valérie,

En fait, la question à se poser est : "Est-ce que j'ai tendance à être une personne inquiète? Une maman inquiète?". Bien souvent, ce trait de caractère fait partie de notre personnalité, peu importe les problématiques de santé que rencontrent nos enfants (ou pas). Dans un premier temps, je crois qu'il est nécessaire de s'accepter comme on est, avec nos qualités et nos vulnérabilités.

Dans un deuxième temps, on peut recadrer nos pensées anxieuses : "Est-il déjà arrivé un incident avec mon enfant, en lien avec ses problèmes de santé?", "Est-ce que j'ai avisé le parent de l'ami chez qui il est de sa condition de santé et des mesures à prendre en cas de besoin?" "Est-ce que les personnes chez qui mon enfant est ont mes coordonnées pour me joindre en cas d'urgence?".

En mettant en place des scénarios de sécurité, l'inquiétude tend à diminuer. Ajoutés au fait qu'on se donne le droit d'être inquiet, l'émotion passe beaucoup mieux. Vous m'en redonnerez des nouvelles!

Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice

3 octobre 2014

Mon fils a 4 ans et demi et va dans une garderie en milieu familial. Il préfère de loin le jeu libre aux activités de groupe dirigées. En milieu familial, c'est certain, il a un maximum d'attention et il a plus de liberté. Dernièrement, une place en CPE s'est offerte pour lui. Nous hésitons à l'y envoyer, même si nous pensons que ce serait bon pour le développement de son autonomie. Nous craignons que ce changement le brusque dans son développement, il ne semble pas si prêt à écouter des consignes de groupe. Ma question est la suivante: devons-nous favoriser une méthode plus«radicale» en le plaçant dans des contextes d'apprentissage en groupe ou lui laisser le temps de vivre des expériences plus familières et qui le mettent moins au défi dans une garderie en milieu familial? Un enfant n'apprend-il pas davantage dans un cadre plus confortable pour lui? Merci pour vos conseils.

Marie-Josée Charest

3 octobre 2014

Bonjour Marie-Josée,

En fait, ce qu'on doit considérer quand on veut effectuer un changement de milieu pour notre enfant, c'est de considérer son niveau de capacité d'adaptation. S'il est bien dans son milieu actuel, avec ses amis, son éducatrice qu'il apprécie et qu'en prime, vous aimez également ce milieu, il est facile de vous y rendre pour y déposer et aller chercher votre enfant...vous avez votre réponse ;)

En fait, les CPE ont été créés à la base pour permettre aux familles à faible revenus d'avoir accès à des services de garde de qualité. Oui, l'encadrement y est rigoureux en termes d'horaire et de routine (Le dîner est à la même heure pour tous les enfants de tous les groupes, par exemple). À part pour les quelques groupes multiâge, l'enfant est avec d'autres enfants de son âge.

Cependant, chaque éducatrice est différente; ainsi, le niveau de soutien, le nombre d'activités dirigées et le fonctionnement du groupe dépend de chacune.

En milieu familial, le groupe est multiâge et une plus grande souplesse au plan de l'horaire est possible en raison du groupe unique.

En somme, il est important de choisir un milieu qui vous convienne en tant que parent, avec lequel vous vous sentez à l'aise et dans lequel vous sentez votre enfant heureux! Bonne prise de décision!

Stéphanie Deslauriers, psychoéducatrice

23 septembre 2014

Ma petite fille de 5 ans aime beaucoup jouer au docteur avec le petit voisin du même âge. Je ne pensais pas que cela viendrait me chercher, mais finalement, je me rends compte que j'ai parfois peur de les laisser seuls. Avez-vous des conseils ?

Julie Savard

23 septembre 2014

Bien que votre réaction soit tout à fait légitime, permettez-moi de vous rassurer !

Vers l'âge de 5 ans, c'est la curiosité à l'égard du corps qui pousse les enfants à "jouer au docteur". Ce jeu naïf (tant qu'il n'y a pas un enfant qui se sent forcé de le faire) du "je te montre le mien et tu me montres le tien" est un moyen typique par lequel les petits garçons et les petites filles vérifient à quel point leurs organes génitaux sont différents ou semblables de ceux des autres. Tant que les jeux relèvent d'une saine curiosité et ne s'apparent pas à des relations ou comportements sexuels adultes (mimer la relation, tenter d'insérer des objets ou de masturber les organes génitaux) vous n'aurez qu'une simple supervision à faire-jeter un oeil de temps à autre pour évaluer ce que font les enfants. Si toutefois des comportements vous préoccupent, que votre fille a des changements d'attitudes, n'hésitez pas à intervenir dans leurs jeux (sans blâmer ou culpabiliser) et, si nécessaire, prévenez les parents du petit voisin afin qu'ils puissent eux aussi être vigilants.
Car parfois, certains comportements explicites et inadéquats pour l'âge des enfants sont des indices que l'enfant est 1-soit victime de violence sexuelle 2-soit il a été exposé à du matériel pornographique ou sexuellement explicite (vidéo, film...)
Quoi qu'il en soit, restez calme : votre enfant est en mode découvertes et c'est une occasion en or pour l'aider dans son apprentissage de la pudeur !

Julie Pelletier, sexologue

1 
2 
3